Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Véyatif

Véyatif

Blog de la Fédération Santé et Action Sociale de la CGTG (FSAS-CGTG)


Fédération Syndicale Mondiale (F.S.M. - W.F.T.U.) : Jour 3 du 17ème Congrès " Nous ne sommes pas des nostalgiques, nous sommes des combattants permanents pour le progrès social et humain ! "

Publié par BELAIR Philippe sur 11 Octobre 2016, 06:19am

Fédération Syndicale Mondiale (F.S.M. - W.F.T.U.) : Jour 3 du 17ème Congrès " Nous ne sommes pas des nostalgiques, nous sommes des combattants permanents pour le progrès social et humain !  "

La troisième journée de Congrès devait commencer par l'annonce des résultats du secrétariat général selon ce qui suit :

  • Georges MAVRIKOS : 361 (Elu).
  • Aloise MBOYMBISE : 20
  • Votants : 387 (Tous les délégués présents n'étaient pas votants).
  • Nul : 4.

Puis vint le moment de conclure les prises de parole des délégations : Le Brésil, le Sénégal, la République Démocratique du Congo, la Suisse, , le Burkina-Fasso, la Turquie, la Bulgarie, l'Italie, le Gabon, le Maroc, l'Argentine, la Tunisie et la Zambie.

Les thématiques abordées étaient :

  • La division des organisations progressistes et le travail de sape contre la classe ouvrière de la démocratie sociale.
  • L'organisation de la grande Conférence Internationale de l'U.I.S. "Retraités et pensionnés" au Sénégal, en 2017.
  • Le drame des 800.000 morts, depuis 2011, de la guerre organisée par le capitalisme en République Démocratique du Congo, tout cela sous le silence complice de la "Communauté Internationale".
  • L'objectif véritable des syndicats réformistes ("JAUNES") : barrer la route à la conscience de classe des travailleurs.
  • L'impératif engagement de la FSM pour contribuer à la déconstruction de l'impérialisme.
  • La baisse du niveau de vie dans les Pays Est-Européens depuis la fin du système socialiste.
  • La grève générale en vue en Italie, le 21 Octobre prochain.
  • Les manœuvres, à l'O.I.T., pour écarter la F.S.M. des décisions au profit des réformistes.
  • La question des organisations de base de la C.G.T. France qui rejoignent, petit à petit, la F.S.M. depuis le Congrès d'Athènes.
  • L'offensive générale du système capitaliste contre le droit de grève.

Ensuite, vint le moment d'adopter les grandes résolutions pour les années à venir :

  • Alliance sociale aux niveaux local, national et international.
  • Internationalisme et action anti-impérialiste.
  • Pour la dissolution de l'OTAN.
  • Pour les négociations collectives.
  • Pour la sécurité sociale pour tous.
  • Pour les droits syndicaux.
  • Contre la privation.
  • Pour le droit à l'éducation.
  • Pour le droit à la santé.
  • Pour le droit au logement.
  • Pour la protection des travailleurs sans emploi.
  • Pour les mesures de santé et de sécurité.
  • Pour de meilleurs conditions de vie et la protection de l'environnement.
  • Pour les droits de la jeunesse, des femmes et des immigrants.
  • La lutte permanente contre la corruption des consciences.

En milieu des débats, une place fut réservée pour l'intervention du secrétaire général du S.A.C.P. (Parti Communiste Sud-Africain), par ailleurs Ministre de l'enseignement supérieur de l'alliance A.N.C. au pouvoir : Blade NZIMANDE. Il faisait part, aux congressistes, des salutations révolutionnaires du S.A.C.P.. Il poursuivit sur le fait que, comme tous les autres pays du monde, l'Afrique du sud était aussi frappé par la crise capitaliste.

Blade NZIMANDE soulignait, alors :

  • Le pouvoir des banques est supérieur à la voix populaire.
  • Le continent africain a été identifié comme une des portes de sortie de crise du capitalisme, au travers de ses richesses réelles.
  • La tenue du congrès F.S.M., pour la première fois, sur le continent Africain est le signe que l'Afrique est en train de jouer un rôle dans le renouveau du mouvement de lutte de classe.
  • Le siège de la Banque des BRICS est en Afrique du sud, ce qui laisse espérer une orientation en faveur de ce continent, contre le système FMI.
  • Tous les partis communistes des pays membres du BRICS doivent s'unir pour créer les conditions de mutations en faveur de la classe ouvrière.
  • Il y a encore des inégalités en Afrique du sud car le capitalisme est toujours régnant, le S.A.C.P. considère qu'il faille renforcer l'alliance A.N.C. construire le socialisme, pas à pas. Il soutient, aussi, le SOSATU, base de défense de la classe ouvrière.
  • La bourgeoisie pratique le parasitisme à outrance et les politiques, de nos jours, sont là pour faire carrière et argent sans se préoccuper des besoins du peuple. C'est un combat internationaliste que de combattre les deux.
  • Le prochain cycle de la dette financière devrait reposer sur la dette estudiantine. La colère des étudiants sud-africains est le début de prise de conscience. Il faut un grand mouvement de masse pour mettre la pression sur les opportunistes financiers et soustraire les étudiants de leurs griffes.
  • L'impérialisme ne supporte pas que des mouvements de libération soient au pouvoir.

Vint le moment d' élire le nouveau président et le conseil présidentiel de la F.S.M. :

  • Un seul candidat, Mzwandila Méchiel Makwaïba du Cosatu, élu à la Majorité absolue des présents.
  • Le nouveau conseil présidentiel passe de 45 à 47 Membres (14 pour l'Amérique latine, 11 pour l'Asie, 8 pour l'Europe, 7 pour la zone Arabe, 4 pour l'Afrique) selon la représentation syndicale au sein de la Fédération.

Enfin, pour conclure, nous avons eu droit à au discours de clôture du secrétaire général qui, après avoir remercié les congressistes pour sa réélection, a mis l'accent sur :

  • La qualité de ce congrès organisé par les camarades du Cosatu et du S.A.C.P. (Parti Communiste Sud-Africain)
  • Les objectifs des 1 million d'adhérents, avec des syndicats engagés sur le terrain qui est "Notre caractère essentiel".
  • Renforcer le mouvement de classe en Afrique, maintenant que le président est Africain.
  • Le renforcement de la place des femmes à la Direction fédérale.
  • Le développement de nouveaux bureaux régionaux, notamment en Russie.
  • La nécessaire contribution des organisations de base, même avec une somme symbolique.
  • Mener le combat sur le plan politique et connaitre les vrais besoins contemporains.
  • Le respect de la ligne idéologique de CLASSE : Contre le capitalisme, contre l'impérialisme, pour la satisfaction des besoins humains contemporains.
  • La vigilance de tout instant avec l'un des adversaires de la lutte de classe : le réformisme.

Le secrétaire général de la F.S.M. de conclure son discours comme suit :" Ils arriveront toujours à corrompre nombre d'entre nous mais jamais nous tous. Nous ne sommes pas des nostalgiques, nous sommes des combattants permanents pour le progrès social et humain ! Nous vaincrons ! "

Durban, le 07 Octobre 2016.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents