Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Véyatif

Véyatif

Blog de la Fédération Santé et Action Sociale de la CGTG (FSAS-CGTG)


Quand la KHAMA perd son karma !

Publié par FSAS-CGTG sur 18 Janvier 2017, 21:00pm

L'association KHAMA est née, voilà une bonne trentaine d'années, sous l'égide de personnes concernées directement ou indirectement par la question du handicap, et cela à une époque où cette condition était encore vécue comme une honte en Guadeloupe. Que de batailles ont été menées, singulièrement par l'ancien président-fondateur, pour bâtir les établissements nécessaires à la prise en charge des personnes en situation de handicap et soulager les familles.

L'histoire tumultueuse de la KHAMA a généré, de facto, des valeurs humaines au sein des créateurs et du personnel au point que les dysfonctionnements d'aujourd'hui produisent une tétanie voire un dégout de ce personnel. Une véritable stratégie du choc est appliquée, méthodiquement, pour casser ce qu'en management on qualifie de "résistance au changement" (en fait notre refus de travailler dans de mauvaises conditions imposées par la logique comptable).

En quoi faisant ?

Une note de service nous invite à nous inscrire dans du bénévolat au service des usagers pour réussir la journée dite institutionnelle. Sommes-nous adhérents et militants de l'association ou salariés de cette dernière ? En cas d'accidents, quel est notre statut ? Pourquoi ne pas mobiliser et payer, en bonne et due forme légale, une équipe de professionnels comme cela se faisait ? Les professionnels avaient déjà préparé la fête des usagers pour la fin d'année, quel est l'intérêt d'imposer une seconde fête prétendument institutionnelle ?

L'ironie est que l'on nous renvoie aux valeurs d'antan de la KHAMA pour nous imposer l'inacceptable !

Pendant ce temps, le personnel est en grande difficulté si ce n'est en grande souffrance. Et cela se ressens à tous les niveaux :

  • L'agressivité des résidents envers le personnel est minimisé mais on s'amuse à soupçonner ces derniers de maltraitance. On nous renvoie même à interroger nos pratiques professionnelles. Bref, tout est fait pour acculer les professionnels à la faute et à s'en débarrasser sans autres formes de procès.
  • On exige que des professionnels sortent seuls pour accompagner des usagers à l'extérieur (lors de visites médicales notamment). En cas de crise clastique de l'usager ou d'un malaise du professionnel, qui a la responsabilité juridique des conséquences ? Comment peut-on être chauffeur et accompagnant de personnes souffrantes de pathologie lourde?
  • Toujours en flagrante contradiction avec la convention collective, la promotion interne est faite à la tête du client. Un favoritisme est promu en lieu et place d'une bonne gestion des ressources humaines en fonction des compétences professionnelles et humaines que nécessite le médicosocial. Serrions-nous à Carrefour ?
  • L'intimidation est de mise et le personnel est mis en repos d'office un Dimanche afin de gagner sur les indemnités.
  • Lecture très partisane de la convention collective quant il s'agit de mettre en difficulté les salariés en arrêt de maladie..

Nous éviterons de rentrer dans le nombre incalculable d'affaires devant les tribunaux, mais faut-il attendre que la situation atteigne le niveau (très médiatisé ces jours-ci) que celui d'autres associations pour que le Conseil d'Administration et la Direction se ressaisissent ? Où sont passées les valeurs humanistes des créateurs de la KHAMA ?

 

La FSAS-CGTG appelle l'ensemble des salariés à refuser toutes formes de pression, à exiger que la convention collective et la réglementation soient respectées et à rejoindre ses rangs pour se préparer à la riposte nécessaire pour que cessent ces pratiques médiévales au sein de la KHAMA.

 

                                                                           REFUSONS

L'INACEPTABLE ET EXIGEONS LE RESPECT !

TRAVAYE KHAMA DOUBOUT

 

Sa-y pè pa pè,

tout boko ni met a-y !

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents