Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Véyatif

Véyatif

Blog de la Fédération Santé et Action Sociale de la CGTG (FSAS-CGTG)


Cliniques privées, Laboratoires d'analyses médicales et EPHAD de Guadeloupe : La santé privée en mue forcée !

Publié par FSAS-CGTG sur 14 Mars 2017, 14:29pm

La privatisation acharnée des activités sanitaires "lucratives" a redéfinie les actions et les acteurs sur le terrain. Nous avons pu assister à nombre de "remaniement sanitaire" de par l'éviction de certains promoteurs historiques et locaux, l'arrivée de nouveaux promoteurs, la réorientation des activités et surtout le développement de la médicosialisation rampante pour exclure du champ sanitaire certaines activités comme celles tournant autour de la gérontologie.

Nos cliniques sont-elles si en difficulté que cela ?

Entre le discours officiel contre les déserts médicaux et la poursuite de la destruction de l'accès aux soins dans les territoires, il y a mensonge évident et toujours une non prise en compte prioritaire des besoins des personnes et des territoires. La politique sanitaire du gouvernement est à l’identique de celle du précédent gouvernement, il tend vers une fusion des activités médicales, logistiques et administratives, de laboratoires, de Radiologies... L’on est confronté à cette problématique. Les conséquences sont préjudiciables tant pour la population (diminution de l’offre de soins) que pour le Personnel de notre établissement (nos emplois sont menacés).

Deux cliniques ont décidé de réfuter la convention locale pour appliquer, unilatéralement et sans dénonciation, la C.C.U. moins favorable. La C.G.T.G. dénonce cette attaque et demande aux salariés de se mobiliser, à ses côtés, afin d’interpeller les autorités compétentes sur l’illégalité de cette décision. La rémunération des salariés de la branche est soumise à une grille des salaires non ou peu réévaluée depuis 2002 pour la plus-part, un grand nombre de salariés sont rémunérés au SMIC. Des accords au rabais et une volonté toujours plus grande de réduire la masse salariale au détriment des conditions de travail et de la qualité des soins. Les négociations sont suspendues depuis 2007 et rien n'augure d'une volonté certaine de réunir tout le monde autour d'une table, en dépit des grands discours sur le dialogue social.

LES LABORATOIRES D'ANALYSES MEDICALES CONTRAINTS A L'ACTIONNARIAT !

La réforme des laboratoires de biologie médicale: marchandisation accélérée de la santé & menace pour l’accès aux soins. Une des dispositions de la loi HPST prévoyait une réforme de la biologie médicale. Cette disposition a été promulguée par l’ordonnance n° 2010-49 du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale communément appelée ordonnance Ballereau.

Etat de la biologie médicale en France :

Ces 20 dernières années, l’industrialisation et la révolution de la biologie moléculaire mais aussi l’informatisation de toute la chaine de production du traitement des analyses biologiques ont participé au progrès médical.

Aujourd’hui la rentabilité économique de ce secteur est acquise pour l’industrie de la chimie (réactifs), l’industrie des automates, les laboratoires hautement spécialisés. Les laboratoires de proximité dits de quartier ont suivi l’évolution et ont recueilli les fruits économiques de cette évolution. Aujourd’hui, de nouveaux appétits se révèlent, voulant profiter de la manne du secteur. Mais si les conditions de la rentabilité sont réunies sur le plan économique, elles ne l'étaient pas encore sur le plan réglementaire. C’est dans ce contexte et alors que des baisses répétées des tarifs des actes de la biologie médicale sont appliquées par la sécurité sociale au nom d’une réduction vertueuse des dépenses de santé, que le pouvoir a décidé de lancer une réforme qui a pour objectifs affichés l’amélioration de la qualité mais dans les faits, il s'agit de livrer cette activité aux mercenaires.

En Guadeloupe, deux grands regroupements existent : BIOPÔLE- Antilles et SYNERGIE-Bio. La FSAS-CGTG n'as pas négliger ses interventions pour que la situation des salariés soit prise en compte dans ce remue-ménage mais beaucoup reste à faire pour harmoniser les pratiques et les salaires, définir des NAO voire constituer une véritable branche sachant que ce sont d'anciennes petites entreprises qui fonctionnaient sous le coup du paternalisme.

LES EPHAD, NOUVEL ELDORADO ?

La "médicosocialisation" de certaines pratiques sanitaires est devenu le nouvel el dorado des investisseurs privés. Là où la puissance publique et la solidarité nationale se devaient d'intervenir, ce sont les privés qui débarquent sous le fallacieux prétexte des difficultés financières publiques. Les associations gestionnaires ont ouvert le bal en éclaireur sans en être conscientes, aujourd'hui les investisseurs sont ouvertement sur la place. Il faut rappeler que le "coût" est moindre en médicosocial, puisque la qualification du personnel est aussi moindre, ce qui laisse prévoir une rentabilité assurée.

Au côté des associations et des Centres Hospitaliers de Pointe-Noire, Capesterre et Raizet, une quinzaine d'EPHAD fleurissent "grâce" à l'injection financière de promoteurs de Cliniques privées, de banques, du BTP et consort. Beaucoup de chambres sont vides, ce qui peut laisser à croire que ce sont des investissements à perte mais c'est mal connaitre nos investisseurs qui ont penser à tout : Si nos ainés n'ont pas les moyens qu'ils vendent le peu de biens qu'ils ont sinon ce seront des ainés aisés des iles voisines qui feront le nouveau marché. La complexité est dans la multitude de conventions collectives, aucune harmonisation, aucune vision d'avenir pour ceux qui sont quotidiennement au front : les salariés. Des métiers difficiles et mal payés, des employeurs qui jouent à faire croire qu'ils sont les sauveurs de l'activité, des pouvoirs publics complices, voilà le tableau ! Et nos ainés dans tout ce capharnaüm "économique" ?

Non à la marchandisation de la santé en Guadeloupe !

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents