Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Véyatif

Véyatif

Fédération Santé et Action Sociale (FSAS-CGTG). " Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu ". Bertolt BRECHT


Le 1er Mai 2018... Plus que jamais au combat contre la régression sociale !

Publié par FSAS-CGTG sur 25 Avril 2018, 23:13pm

 

            Les années passent et le voile se lève sur les dégâts du néolibéralisme que l'on nous présentait, il y a une trentaine d'années, comme la seule alternative possible pour l'humanité. Se cachant derrière la nécessite de tout réformer, pour ne pas dire de supprimer tous les droits sociaux conquis de hautes luttes depuis tantôt par la classe ouvrière, les tenants de cette idéologie – aidés par des crétins présentés comme experts en tous genres – continuent le sabotage du progrès social toute honte bue. Malgré tous les échecs et l'évidence de leurs erreurs, ils ont le culot de toujours vouloir nous faire croire qu'il n'y a pas d'autres alternatives.

 

            Ils ont imposé, avec la complicité de politiciens ambitieux et peu scrupuleux, la privatisation de l'endettement de l’État de par la loi de Juillet 1973. Aujourd'hui, ils nous pressent à rembourser une dette indue alors que ce sont nos impôts qui ont servi à sauver les mêmes banques privées lors de la crise spéculative de 2008.

 

            Parallèlement, on défiscalise à tir larigot les entreprises (de préférence les grosses) qui promettent de créer des emplois, sans jamais les créer, et les patrons voyous s'en vont « investir » dans les paradis fiscaux, accentuant les trous dans la trésorerie publique, y compris la sécurité sociale.

 

            C'est dans ce contexte que la dernière carte politique des néolibéraux, l'impétueux MACRON, nous est arrivé avec seulement... 16% des électeurs, une Assemblée Nationale au garde-à-vous et des ministres fantômes, le retour de la monarchie (financière) absolue.

 

            Toutes les réformes en cours ne sont donc pas nécessaires mais le fruit d'une volonté délibérée de la classe possédante de rétablir l'esclavage par l'endettement (des institutions publiques et des particuliers), l'hédonisme (pwan plézi a-aw é pé la!) et la précarisation sociale pour nous maintenir sous leur joug.

 

            Cette situation est la même partout dans le monde, la mondialisation n'est pas la transformation du monde en « grand village », comme ils disent, mais bien un projet politique du capitalisme sauvage qui veut la mainmise sur toute la planète en éjectant les pouvoirs publiques qui gênent. Les guerres, en cours, ne sont donc pas pour les Droits de l'Homme mais pour imposer l'uniformité et ceux qui résistent, Syrie – Russie – Iran – Chine – Lybie - Cuba.... sont classés dans la catégorie « Dictature » alors que les véritables tyrans, comme l'Arabie-Saoudite, sont reçus par la grande porte parce qu'ils financent bien le projet politique du capitalisme mondialisé.

 

Camarades travailleurs du social et du sanitaire,

 

            L'origine de nos problèmes de moyens et autres difficultés sur le terrain, en Guadeloupe – en France et ailleurs, est dans les choix politiques qui sont faits dans l'unique intérêt du système capitaliste, désormais nommé néolibéralisme pour cacher un passé barbare (Impérialisme, colonialisme, guerres, soutiens aux pires régimes fascistes).

 

            Ce qu'ils ont planifier pour nous :

    • La fin du Droit du travail.
    • La fin des conventions collectives.
    • La fin du statut des fonctionnaires.
    • La fin des 40% de vie chère.
    • La fin des retraites.
    • Le remplacement totalement du pouvoir d'achat salarial par l'endettement (payer en 4 fois sans frais).
    • La fin de la monnaie papier pour être remplacé par l'électronique permettant le contrôle total du circuit financier.
    • La concentration et la marchandisation sanitaire au profit de multinationales qui produisent, simultanément, les poisons et les médicaments.
    • La fin de l'action sociale et solidaire sous prétexte de coût.
    • La fin des actions associatives et syndicales par la judiciarisation outrancière des responsabilités causant la peur et la désaffection des militants.
    • La captation des pouvoirs démocratiques au profit d'un minimum d'élus plus malléables et au service du capitalisme.
    • ... Bref, un retour au moyen-âge.

            L'heure de nous même a sonné ! Nous nous devons plus que jamais de rejoindre le combat, tout comme nos grands-parents et parents, pour exiger ces moyens qui nous manquent afin de régler les problématiques que nous rencontrons quotidiennement.

 

            Le temps est venu pour :

  • Se rassembler en Force Unie des Travailleurs.
  • Refuser la régression sociale.
  • Refuser la précarité sociale et l'endettement.
  • Exiger une santé pleine et entière pour chacun.
  • Exiger une action sociale pointue pour répondre aux graves problèmes de violences de tous genres.
  • Exiger des investissements solidaires dans le cadre d'une société plus juste.
  • Construire un autre projet social basé sur la répartition des richesses.
  • L’augmentation du point d’indice et le rattrapage du pouvoir d’achat.
  • L'’arrêt des suppressions d’emplois et la création d’emplois statutaires nécessaires.
  • La titularisation des contractuels et l’arrêt des mesures pour l’extension de la précarité.
  • L’abrogation du jour de carence et le refus d'une deuxième journée dit de "solidarité".
  • La défense et l’amélioration du système de retraite par répartition et des régimes particuliers, et de la catégorie active pour la reconnaissance de la pénibilité.
  • La révision totale du Plan Régional de Santé tenant compte des risques majeurs et de l'expérience de l'incendie du CHU.
  • Pour la reconstruction d'un CHU a la hauteur des enjeux sanitaires de demain.
  • Pour la mise en place d'un vrai secteur gérontologique et gériatrique autour du CHGR.
  • Pour le respect des aides à domicile.

Camarades de la santé et du social,

tous debout pour nos revendications !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents