Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Véyatif

Véyatif

Fédération Santé et Action Sociale (FSAS-CGTG). " Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu ". Bertolt BRECHT


Clinique des Eaux-Vives : Lutte syndicale, OUI ! Dénigrement syndical, NON !

Publié par FSAS-CGTG sur 25 Juin 2018, 07:53am

Quand est-il de ce syndicat en perdition :

  • Il  passe son temps à rapporter à la direction de l’établissement les soi-disant manquements de leurs collègues et souvent mandants.
  • Au fil de la moindre réunion, il déblatère sur les uns et les autres et court dire aux personnes incriminées que c’est la FSAS-CGTG qui a dit ci, c’est la FSAS-CGTG qui a dit ça.
  • Il encourage les dérives de comportements d’un certain chef de service : « il est normal qu’il vous crie dessus, il affirme son autorité ». Heureusement qu’il est parti la queue entre les jambes car avec leurs appuis il aurait fait des ravages.
  • Il enfonce un salarié qu’il est sensé représenter devant la direction, alors que ce dernier est sous le coup d’une éventuelle sanction disciplinaire.
  • Il ne défend pas ses propres membres au CE, au point que ceux-ci se sentent obligés d’aller demander conseils à… l’autre syndicat pour obtenir gain de cause.
  • Il n'ouvre jamais la bouche lors de débats importants pour l’avenir des conditions de travail des salariés, qu’il n’a de cesse que d’encourager à sa dégradation en créant des conflits entre collègues.

            Que cherche ce syndicat, si nous pouvons encore parler de syndicat?

  • A faire remonter sa côte de popularité en berne après des années d'inaction patente ?
  • A obtenir une juste récompense des actions de ses dirigeants par des primes négociées en cachette ?
  • A profiter de la lutte promise pour des acquis sociaux  (pour rappel, obtenus au préalable sans grève) de l’ensemble des salariés pour se servir copieusement en cachette dans les caisses du CE, alors que bon nombre de ceux qu’il a entrainé ne ce sont toujours pas remis financièrement d’une grève violente, sans fondement déclenchée par eux et qui a pour conséquence d’entacher toutes actions syndicales futures dans l’établissement ?
  • A poser un préavis de grève et venir en cachette demander le paiement de leur journée sous prétexte qu’ils n’ont fait que 2 ou 3 heures de grève ?

            Le CE a débuté il y a 4 années composé de 12 des membres de ce syndicat, maintenant 4 au plus en comptant leur délégué syndical sont présents au cours des rares réunions…mais à quel prix.

            Par trois fois les NAO, demandé à corps et à cri par eux, ont été repoussées… à leurs demandes.

            Les salariés de la clinique n’ont d’intérêt pour ces élues que pour le paiement de cotisations, pour faire penser que leur représentation syndicale a encore lieu d’être au sein de l’établissement !!!

            Il est temps qu'ils se forment à la véritable lutte syndicale, pas à une lutte pour l'hégémonie syndicale, dont seule le patronnât sort gagnant et tout puissant.

            Qu'on ne mêle pas le seul syndicat qui défend, sans contreparties, les droits des travailleurs de cet établissement à des propos imbéciles.

Ouvriers, techniciens, cadres sont tous des salariés de l’entreprise et ont tous le droit à être défendus devant la direction et non pas dénigrés.

 

QUE CHACUN ASSUME SES ACTES ET SES PROPOS,

 LA FSAS-CGTG Y VEILLERA !

 

Basse-Terre, le 22 juin 2018

La section FSAS-CGTG des NEV

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents