Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Véyatif

Véyatif

Fédération Santé et Action Sociale (FSAS-CGTG). " Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu ". Bertolt BRECHT


Conflit à Carrefour Milénis (GUADELOUPE) : Un 02 Février décisif sous la pression populaire !

Publié par FSAS-CGTG sur 3 Février 2019, 20:04pm

Près de 80 jours de grève au sein du Carrefour MILENIS, ce centre commercial dont l'architecture serait inspiré d'un navire négrier - dit-on. Les travailleurs n'en démordent pas et demeurent mobilisés malgré toutes les tentatives de dénégation et de discréditation de la part du groupe DESPOINTES soutenu par le MEDEF. Ce qui se joue est la preuve de l'offensive du patronat, et encore plus depuis les ordonnances MACRON et la Loi Travail, pour abolir les conquis des travailleurs.

            Cette semaine, les choses prennent une tournure plus solennelle au regard de l'investissement de 33 organisations syndicales - politiques - associatives et familiales qui ont appelé à faire converger le dixième anniversaire du mouvement social de 2009 avec ce mouvement qui se retrouve être symbolique de par la tentative des négociateurs de l'employeur d'écarter le fameux accord régional, dit "Bino", soit une augmentation de salaire de 200€ gagnée à la signature de fin de conflit en 2009. Cet accord avait pris le nom du camarade Bino, militant CGTG tué lors du mouvement, il y a bientôt dix ans.

            Déjà, le 31 Janvier, l'intersyndical des enseignants avaient appelé à un mouvement de 48 heures contre les suppressions de postes et "parcours sup". Les enseignants sont venus sur le piquet de grève renforcer les camarades. Ce samedi 02 Février, les 33 organisations se sont donné rendez-vous au palais de la mutualité , à Pointe-à-Pitre, où elles ont pris le départ pour une longue marche jusqu'au Centre commercial Milénis, drainant une foule imposante de près de trois mille personnes scandant des slogans hostiles au pouvoir économique de la caste-classe des békés et du MEDEF.

            L'arrivée de cette "foule haineuse", puisque c'est l'expression consacrée depuis peu pour qualifier celles et ceux qui revendiquent leurs droits, a créer une grande panique chez les responsables du centre commercial. Alors même qu'ils cherchent à nier la présence du piquet de grève en cassant les prix pour tenter d'attirer une "foule mielleuse" de consommateurs, le plan était contrecarré à la vue de la première foule, plus déterminée. Protégés par des policiers, rémunérés par l'argent des petites gens,  ces responsables étaient aux aguets sur le toit du Centre commercial, longue-vue à la main. Il fallait, finalement, rabrouer la petite "foule mielleuse" et baisser les rideaux, ventre-à-terre.

            Les manifestants sont arrivés et, puissance de la masse populaire oblige, ont réussi à lever les rideaux et s'installer au sein de centre commercial. Les responsables et tout leur service de sécurité ont préféré détalé en vitesse et laisser la place à d'autres responsables, plus responsables qu'eux, ceux de la manifestation qui ont exigé des pouvoirs publics qu'ils imposent au groupe DESPOINTES de retourner à la table de négociation. Branle-bas de combat à la Préfecture qui était dans l'obligation de s'engager à servir de "médiateur", au plus-tard ce mardi 05 Février. Les débuts de négociation avaient déjà commencé avec un premier médiateur, ancien Directeur de la DDIECTTE, qui ne semble avoir la faveur du MEDEF.

            Ce conflit devient un symbole à plus d'un titre car il agglomère toutes les colères sociales et marquera l'histoire ouvrière de l'île, quoiqu'en sera son épilogue. Pour l'heure, les travailleurs grévistes, majoritaires et soutenus par la population, font montre d'un grand courage et d'une détermination sans faille. Pendant ce temps, quelques têtes à claques élus locaux se faisaient infantiliser par Jupiter dans le cadre du grand faux débat national où, pour ce dernier, la molécule de Chloredécone ne serait pas cancérigène  "jusqu'à ce que ses experts scientifiques le déclarent", Dixit...

            Affirmer cette ineptie intellectuelle, qui plus est en pleine effervescence sociale et alors que des études scientifiques démontrent le contraire, c'est déclarer la guerre à une population polluée par un produit toxique importée par la même caste-classe, citée plus haut, avec l'autorisation de la même classe de fondés de pouvoirs que Jupiter lui-même, en dépit de ses tentatives de se cacher derrière sa prétendue "nouvelle façon de faire de la politique".

            En dépit de l'ignominie institutionnalisée, les travailleurs tiennent à remercier les soutiens national et international venant de partout : FSM, CGT, FNIC-CGT, Fédération Commerce-CGT, de la Caraïbe... qui viennent renforcer celui de la population et des organisations sociales et progressistes locales. La solidarité n'est pas un vain mot, vive la lutte des travailleurs de Milénis !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents