Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Véyatif

Véyatif

Fédération Santé et Action Sociale (FSAS-CGTG). “ Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience" K. MARX


Hommage au Camarade Stéphane JACOB

Publié par FSAS-CGTG sur 3 Décembre 2019, 12:59pm

        Au moment où la classe ouvrière, les travailleurs, militants  et le monde du salariat font des tergiversations, la sourde oreille et se laissent berner par l’inaction et le désengagement. La Guadeloupe perd aujourd’hui un de ses fils. Un fils qui a su donner tout ce que la vie lui a permis d’être, un Homme de conviction, d’engagement, un militant.

         Notre camarade Stéphane JACOB, Secrétaire de la Section Syndicale CGTG Maurice Selbonne, ancien Secrétaire Général de la CGTG Santé devenu FSAS-CGTG, Membre éminent de la Commission Exécutive Confédérale, Responsable de la Propagande et Directeur de l’Organe de Liaison et d’Information de la CGTG « La Tribune Ouvrière ».

         Il n’a jamais compté son temps, les heures, les jours pour être disponible pour la Confédération Générale du Travail de la Guadeloupe – CGTG -, le syndicat qu’il a toujours défendu dans toutes les circonstances. Elégant, plein de générosité, toujours à l’écoute, passionné dans le faire, et ferme dans ses décisions, le Camarade Stéphane JACOB a été aussi un patriote Guadeloupéen, un anti colonialiste et anti impérialiste.

         Il a œuvré pour son pays à travers son Parti Politique, le Parti Communiste Guadeloupéen – PCG -, des associations socioculturelles et sportives et, dernièrement, l'association des artisans du bois de Pointe-Noire et l'office du tourisme de la même commune, sa commune. Sa volonté de mettre en valeur son territoire, sa commune et ses atouts, à fait de lui, un acteur socioéconomique et du tourisme rurale.

        Avec les Membres de la Commission Exécutive, les syndicats, les fédérations, les syndiqués et la Fédération Syndicale Mondiale, le camarade JACOB à la CGTG, n’a jamais cessé d’être un catalyseur de la lutte revendicative, des combats contre le Rapport RIPPER, la création de la FSAS et de la Commission Jeune, de l’indecosa, bref 30 ans de lutte de la CGTG.

        Debout comme le Gayak et le Mahogany, le bois bien posé, nous te disons Camarade, laisse-nous les banderoles et les fanions. Ton défilé s’arrête là. Bon voyage ! Et que ton âme, repose en paix. Comme tu aimais le faire, le poing levé,  nous chantons pour toi, l’INTERNATIONAL.

Debout ! Les damnés de la terre
Debout ! les forçats de la faim
La raison tonne en son cratère :
C’est l’éruption de la fin
Du passé faisons table rase
Foule esclave, debout ! Debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !

Refrain
C’est la lutte finale
Groupons nous et demain
L’Internationale
Sera le genre humain.

Il n’est pas de sauveurs suprêmes :
Ni dieu, ni césar, ni tribun,
Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes !
Décrétons le salut commun !
Pour que le voleur rende gorge,
Pour tirer l’esprit du cachot
Soufflons nous-mêmes notre forge,
Battons le fer quand il est chaud !

L’Etat opprime et la loi triche ;
L’Impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s’impose au riche ;
Le droit du pauvre est un mot creux.
C’est assez languir en tutelle,
L’égalité veut d’autres lois ;
« Pas de droits sans devoirs, dit-elle,
« Egaux, pas de devoirs sans droits ! »

Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail
Ont-ils jamais fait autre chose
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la bande
Ce qu’il a créé s’est fondu.
En décrétant qu’on le lui rende
Le peuple ne veut que son dû.

Les Rois nous saoulaient de fumées.
Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !
S’ils s’obstinent, ces cannibales,
A faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

Ouvriers, Paysans, nous sommes
Le grand parti des travailleurs ;
La terre n’appartient qu’aux hommes,
Le riche ira loger ailleurs.
Combien de nos chairs se repaissent !
Mais si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins disparaissent,
Le soleil brillera toujours !

Camarade Evelyne PAULINE

02 Décembre 2019

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents