Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Véyatif

Véyatif

Fédération Santé et Action Sociale (FSAS-CGTG). " Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu ". Bertolt BRECHT


Le camarade Stéphane JACOB, un combattant jusqu'au bout.

Publié par FSAS-CGTG sur 3 Décembre 2019, 12:51pm

          Hier, lundi 03 Décembre 2019, notre camarade et ancien secrétaire général - Stéphane JACOB - est décédé sur son lit d'hospitalisation au C.H.B.T.. Cet homme était un combattant et il a été combatif face à la douleur qui a été plus forte que lui.

            Il nous importe, maintenant, de retracer son parcours et son engagement afin de contribuer à la mémoire des luttes menées pour le progrès social, dans une période si tourmentée par les mensonges pseudo-historiques et la propagande antisociale. La nouvelle génération doit pouvoir comprendre que des hommes et des femmes ont, depuis bien longtemps, participé à leur émancipation d'aujourd'hui et qu'il s'agit, pour eux, de continuer le même combat contre le même adversaire.

            Le camarade Stéphane JACOB est né le 06 Janvier 1945 à Pointe-Noire, alors même que l'armée rouge était en train d'en finir avec les dernières forces Nazies et cela est un symbole pour celui qui s'engagera toute sa vie dans la lutte de classe, aux côtés de la classe ouvrière. Toute sa jeunesse et sa scolarité se feront dans sa commune natale où il vivra, en direct, la souffrance des petites gens ce qui le confortera dans son engagement à venir.

            C'est sans attendre à sa majorité (à l'époque elle était fixée à 21 ans), en 1965, qu'il décide de se rendre à Paris en apprentissage mais, pour arrondir ses fins de mois, il fera quelques petits contrats dans des hôpitaux où il sera vite séduit par le métier de soignant et le syndicalisme de la CGT.

            Il se marie en Novembre 1967 et entreprend la formation d'aide-soignant l'année suivante tout en renforçant son engagement syndical au sein de la CGT à l'APHP. Il s'engage, aussi, sur le plan politique et c'est tout naturellement qu'il embrasse le mouvement communiste en étant un militant de terrain sur les marchés, dans les entreprises et au sein de la communauté Antillaise.

            Son certificat d'aide-soignant en poche, il est embauché à l'APHP et sera de tous les combats syndicaux, singulièrement ceux qui concerne la défense des intérêts des originaires d'outre-mer. C'est ainsi et avec d'autres, qu'il sera à la tête du combat pour les congés bonifiés dans les années 1970 jusqu'à obtention de ce droit.. Parallèlement, la lutte bat son plein en Guadeloupe et son île lui manque. Il revient, définitivement, en Guadeloupe en 1983 en tant qu'aide-soignant au sanatorium de l'époque, devenu Centre Hospitalier Maurice Selbonne, à Bouillante.

            L'ancien secrétaire général de la CGTG, Claude MORVAN, fait appel à lui pour organiser une nouvelle fédération dans un secteur qui connaissait de grandes mutations et en remplacement de l'ancienne fédération de la fonction publique. La prégnance de la santé et du social est flagrante et l'évolution rapide des autres secteurs vas alourdir le fonctionnement de cette ancienne fédération qui vas se centrer uniquement sur la santé et le social. La CGTG missionnera le camarade JACOB, encore responsable syndical à l'USAP-CGTG, pour assurer cette mission.

            Le congrès constitutif aura lieu les 21 et 22 Novembre 1985, en présence du Secrétaire Général de la CGTG – Claude MORVAN, et donnera naissance à la Fédération de la Santé Publique-Privée, du Secteur Social et de l’Éducation Spécialisée (Communément appelée Fédération de la Santé puis CGTG-Santé et enfin FSAS -Fédération de la Santé et de l'Action Sociale).

            En regagnant son île natale, le camarade JACOB vas s'atteler à structurer la nouvelle Fédération et à  lui faire prendre souche dans les problématiques de terrain du sanitaire et du social et ce, en devenant son premier secrétaire général avec, autour de lui, une première Commission Exécutive combattive et héritière de grands combats déjà menés dans le secteur. Cette commission fédérale démarre sur les chapeaux de roue avec, en tête, une orientation fixée par son premier congrès :

  • Répondre aux besoins sociaux des travailleurs et des retraités
  • Gagner la bataille de l'emploi et des qualifications
  • Abaisser la durée du temps de travail des travailleurs
  • Promouvoir l'enseignement et la formation professionnelle pour un travail plus enrichissant
  • Améliorer les conditions de travail et de sécurité

            Et la Fédération, d'emblée, aura une activité internationale en renforçant les liens avec la Fédération de la CGT mais aussi avec l'UIS-FSM. Le camarade JACOB sera même le délégué de la CGTG à la FSM pendant longtemps. Il sera en formation syndicale à Cuba aux côtés de LULLA, ancien président du Brésil.

            En Novembre 2003, il est remplacé par la camarade Jocelaine LOUSSASA-CHIPOTEL à la tête de la FSAS-CGTG mais ne prend pas de recul pour autant car il restera membre de la Direction fédérale jusqu' au dernier Congrès de 2018. Entre temps, d'autres engagements l'attendaient comme le CGOSH de Guadeloupe, l'office du tourisme de Pointe-Noire et l'association des métiers du bois. Nous sommes à une époque de fin de cycle d'un système que Stéphane a combattu en infatigable et bon militant social, il nous laisse une image d'homme de conviction quoiqu'il lui en coutait.

            Adieu camarade Stéphane et merci pour ton engagement et ta disponibilité, ton épouse et tes enfants ont droit à toute notre fraternité, aujourd'hui et demain.

             

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents